Publishers
Add to bookmarks Add to subscriptions Share
PUBLICATIONS LA REVUE
Newspapers | Community / News / Newspaper / Periodicals / Advertisement / Advertiser 2017-09-26 22:45:15
Page 1 of 3
  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 1

    TRAN S PO RTS E N COMMUN LES PL AIN TE S EN H AUSSE DE 30 % PAGE S 4 ET 5 L E MERCRED I 27 S EPTEMBRE 201 7 Volu m e 41 No 20 - 50 000 exem plaires 450␣471-5503471-5503 ORTHODONTISTE Dr Nathalie BEAULNE 1423, chemin Gascon Terrebonne Bureau #200 450 964-7072 www.orthodontisteterrebonne.ca 3035, chemin Gascon, Mascouche 1-855-781-7944 www.troisdiamantschrysler.com www.troisdiamantsfiat.ca ON S’ÉLÈVE POUR MIEUX VOUS SERVIR! PLUS DE 250 VÉHICULES À L’INTÉRIEUR ON VOUS ATTEND, ON EST PRÊT!

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 2

    SPÉCIAUX LES LUNDIS, MARDIS ET MERCREDIS ** LES LUNDIS WRAP AU POULET (ou wrap 2 filets) LES MARDIS LE DUO 1 CUISSE ET 1 POITRINE Régulier 8.50 $ LES MERCREDIS 6,95 $ QUART DE POULET «CHOIX DU CHEF» 12,95 $ Régulier16.80 $ Régulier 8.10 $ 6,95 $ **Valides au comptoir, salle à manger, service au volant et livraison Frais de livraison et taxes en sus. Non valide les jours fériés 2 - Le mercredi27 septem bre 2017 - www.letra itd union .com LIVRE TOUTE VOTRE COMMANDE POUR 3,99 $ * Payez le prix «AU COMPTOIR» + 3,99 $ pour faire livrer toute votre commande sur notre territoire établi et limité. *Certains secteurs à 4,39 $ et 4,69 $ + taxes TERREBONNE MASCOUCHE 2370, ch. GASCON (angle 640) SPÉCIALITÉ: 940, mtée. MASSON (coin des Ancêtres) www.aucoq.net LIVRAISON SECTEURS URBANOVA, LACHENAIE, LA PLAINE, MASCOUCHE OUEST LIVRAISON MASCOUCHE, MASCOUCHE-OUEST (INCLUANT SECTEUR LAC SAMSON) 450 964-4419 450 966-4419

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 3

    Entrep ren eu r à tem p s plein L e gra n d public a découvertMichelSurprenantdans de bien tristes circon stances.C’étaiten novembre 1999.Le Terrebonnien ven a it de con stater la disp a r ition de sa fille Ju lie.Illa chercha ità l’époque et la cherche en core aujou rd ’hu i.Sile drame peutparaître in surmonta - ble aux yeu x de plusieu r s,l’homme a r é u ssià l’apprivoiser.Pu is,le public l’a connu sou s d’autres angles,notammenten tantqu e prési- dentde l’Association des familles de personnes a ssa ssinées ou disp a - ru es (AF PAD ),ju squ’en 2014 ,etcomme ca n d idatpour le Pa r ticon ser - va teu r,en 2015 . QUE SO N T-IL S D EVENUS ? P énélop e Cler m on t jou rn aliste@ larevu e.qc.ca C’estsu rtou tl’en trepren eu rqu ise trou va it au bou t du fil,lors de l’en trevu e qu e Michel Su rprenant a accordé e a u Trait d’Un ion .Un rô le don t on n ’a pa s sou ven t pa rlé da n s n os pa ges.O r,depu is plu s de 32 ans,M.Su rpre - nant dirige u n e en treprise de dé coration , M.S.Décor.«Ça a commencé quand j’ha bita is M on tréal-Nord et ça s’est pou rsu ivi.Je fais da va n ta ge du service à dom icile auprès d’u ne clien tè le cible a u jou rd’hu i», dé - voile-t-il. C’est le ha sa rd qu ia mené l’en trepren eu r su r cette voie.Après avoirperdu u n em ploi pou rca u se de ferm etu re d’u sine,en 1985,il a dû se «retou rn er de bord».«Je su is a llé acheterdes ridea u x pou rm on propre besoin etde retou rà la maison ,je me su is ditqu e ce ne serait pa s u ne mauvaise chose d’en ven - dre. J’ai don c ou vert u n m agasin»,ra - con te-t-il. Depu is les élection s fédérales de 2015,lors desqu elles ilétaitca n dida tpou rle Pa rticon - serva teu r da n s la circon scription de Terre - bonne,M.Su rpren a n t se con sa cre pratiqu e - ment exclusivem en t à son en treprise. «Les élection s on t dem a n dé bea u cou p de tem ps etd’investissem en ts.J’avais négligé m on en - treprise et ilm e fallait repren dre le collier pou rallerchercherce qu e j’aiperdu en affaires»,con fie-t-il. RETOUR SUR LES ÉLECTIONS DE 2015 Malgré l’im pact que son expérien ce comme ca n dida t a eu su r sa vie profession - nelle,voire personnelle,le Terrebonnien a f- firm e n’en treten iraucun regret.«C’était une belle expé rien ce à vivre,mais c’est sû r qu e qu a n d on estau sommet,on devien tplu s ciblé.Ily a un cô té moins agréable à ça »,re - connaît-il. Ra ppelon s qu ’à l’époque,ilavait été qu es - tion da n s les m é dias que M.Su rprenant ait été rabrou é pa rson pa rtipou ravoiraffirm é qu ’ilétait favorable à la ca stration et à l’in s - ta llation de bracelets GPS su r les prédateu rs sexu els.Dan s la même pé riode,on avaitsou - levé qu ’un an plus tôt,ilaurait é té invité à dé m issionnerde l’A FPAD en raison de son com portem en tdé rangeant. «J’aides con viction s pa rrapport aux victimes d’actes crim inels etelles ne cha n geron t pa s.Sem ble-t-ilqu ’on n e peu t pa s a border ces qu estion s en pé riode é lectorale pou r tou tes sortes de raison qu e je n e su is pa s prê t à en dosser», commente celuiqu i affirm e n e plus avoiren vie de faire de politiqu e. Q uant à son départ de l’A FPAD,après dix ans d’im plica tion ,ill’expliqu e pa ru ne volon - té de se dista n cer des drames des autres, pou rse préserver:«C’est très pren a n t et difficile de cô toyerdes victimes d’actes criminels.Elles son t da n s les émotion s et j’aimoimême mon propre fardea u .Je commençais à trou verça lou rd.Je m e su is dit qu ’ilétait tem ps de laisserça à d’autres.» PROJETS DOMICILIAIRES SAINT-LIN–LAURENTIDES Lundi à vendredi 9 h à 16 h I Samedi et dimanche 11 h à 16 h PRÉVENTE NOUVEAU PROJET M. Surprenant lors de son passage à l’émission «Tout le monde en parle», en mars 2012. (Photo : Karine Dufour) APPRIVOISER LE DRAM E Comme M.Su rpren a n tl’évoque,ilporte en lu iun drame immense depuis ce m a tin du 16 novembre 1999 où ila noté l’absence de sa fille Ju lie.«O n a ppren d à vivre de façon sereine avec le tem ps,mais on ga rde tou - jou rs espoir.A vec ce gen re de situ a tion ,il fautêtre ca pa ble de faire vivre l’histoire pou r peu t-être avoirdes ré pon ses un jou r»,expliqu e celuiqu iten te de resterpositif. «D a n s u n e histoire de dispa rition ,on n ’a pa s de ré pon ses eton estporté à se faire des scé n a rios.C’est la pire chose à faire d’en tre - ten irdes hypothè ses qu in e son tpa s la réalité , sou lève-t-il.Il faut accepter qu ’on n ’ait pa s de réponses,en fait.Iln e faut pas non plu s chercherde prix de con solation du type “elle estmieu x où elle est”.» Ilfaut a u ssise l’avouer,cela dem a n de u ne grande ca pa cité de résilien ce.«Ilfautune vo - lon té de s’en sortiretallerchercherdes con - seils pou rqu e l’idé e fa sse son chem in da n s le cervea u .On le voit tou t de su ite qu iveu t réellem en t s’en sortir,et je seraitou jou rs BUREAU DES VENTES MAISON MODÈLE 216, RUE OLIVIA, SAINT-LIN– LAURENTIDES PROJET LE PLATEAU 90 terrains avec services. Infras payées à 100% Livraison à l’automne PROMOTION D’OUVERTURE Nous payons 1000 $ sur la taxe de Bienvenue CLÉS EN MAIN à compter de 173 680 $* +taxes Terrain avec services. Michel Surprenant se consacre à son entreprise, M.S. Décor. Il était présent au lancement de la nouvelle programmation de la Chambre de commerce et d’industrie Les Moulins, le 20 septembre. (Photo : Pénélope Clermont) prê t à m ’a sseoir a vec qu elqu ’u n quiveu t s’en sortir pa rce qu e je sa u raiqu e m on tem ps sera profitable»,con clut-il. Construction Laurin Villeneuve inc. Saint-Lin–Laurentides Qc info@constructionlaurinvilleneuve.com 450 215-0555 bureau RBQ : 8347-7315-21 SERVICES / SPÉCIALITÉS Entrepreneur général Construction et rénovation TROPHÉE LION D’EXCELLENCE 2013-2014 DÉCERNÉ LORS DU GALA HABITATION 2013-2014 www.constructionlaurinvilleneuve.com www.letra itd union .com - Le mercredi27 septem bre 2017 - 3

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 4

    TRAN S PO RTS EN COMMUN D O SSIE R D E LA SE M AIN E H a u sse importante du nombre de plaintes A lors qu e le service de tra n sp ortcollectifd e la MRC Les Moulin s a en re - gistré un achalandage en ha u sse de 1,96 % en tre les années 2015 et 2016 ,le nombre de plaintes estp a ssé de 3 27 à 425 durantcette même pé - riod e,u ne augmentation d e près de 30 % .Etles motifs d errière ces plain - tes son tsen siblem en tles mêmes d’une année à l’autre. 4 - Le mercredi27 septem bre 2017 - www.letra itd union .com Nouveau téléphone 450␣964-4444 J ea n -Marc Gilb ert media@ larevu e.qc.ca Tou t comme la popu lation du territoire,le nombre de dé pla cem en ts en registré parle service de transportcollectifaugmente d’an - JEAN-LUC BRIEN agent immobilier affilié, Prêt hypothécaire 514.603.3664 HYPOTHÈQUEMENT VÔTRE * FATIGUÉ DE PAYER TROP CHER * Les taux d’intérêt sont à leur plus bas , profitez de l’augmentation de la valeur de votre maison pour financer ou consolider vos dettes. De cette façon vous vous retrouverez avec un seul paiement, ce qui peut être pour certains, beaucoup plus simple. Pourquoi avoir plusieurs paiements par mois et payer 8%-10% voir même du 15% sur des cartes de crédit, prêts personnels ou des marges de crédit, quand on peut avoir des taux aussi bas que 2% sur son prêt hypothécaire. Vous avez des RÉNOVATIONS ou même des INVESTISSEMENTS à faire, refinancer votre propriété pourrait être une bonne idée pour vous. Renégocier votre hypothèque avant l’échéance serait peut-être avantageux, même si vous avez une pénalité. Il est possible que le taux très bas présentement offert vous soit profitable, de plus en renégociant votre hypothèque maintenant, vous vous assurez d’un taux avantageux pour les prochaine s années. Jean-Luc Brien, pour beaucoup plus que le meilleur taux. 1 an 2.14% TAUX ACTUELS 3 ans 2.64% Nouveau courriel général letraitdunion@larevue.qc.ca 5 ans 2.94% 231, rue Sainte-Marie Terrebonne (Québec) J6W 3E4 Petites annonces 1 866 637-5236 www.letraitdunion.com facebook.com/letraitdunion née en année.Selon le bilan de l’année 2016, ren du pu blic la sem a ine dern ière,3 583 875 dé pla cem en ts on t été com pilés,une ha u sse de 1,96 % de l’achalandage par ra pport à l’année précédente (3 514 940). Marie-Pier Bea u lieu ,agente de communica tion s pou r la MRC Les Moulin s et Urbis (Transporturba in Les Moulin s)avantla créa - tion et la prise en cha rge du service pa r le Ré sea u de transport métropolita in (RTM ),se réjou it de cette ha u sse con sta n te de l’acha - lande.Ces chiffres dé m on tren t,selon elle, «l’in térêtpou rle transportcollectif» qu ipermet aux gens de «sauver du tem ps» et de voya gerd’u ne façon plu s écologiqu e etéco - nomiqu e qu ’en étantseu ls da n s leu rvoitu re. Le service de transport adapté a luia u ssi con n u u n e a u gm en ta tion de son a cha lan - da ge etdu n ombre d’u sagers in scrits. CRITIQUES Iln ’y a pa s qu e les dé pla cem en ts qu ison t plu s nombreu x.Urbis a en registré 98 plain - tes de plu s en 2016 com pa rativem en t à l’an - née précédente,pou ru n tota lde 425 plain - tes.Un e plainte su r deux concerne un «dé - part non à l’heu re» (19 % ),u n autobu s en «a va n ce su rson trajet» (18 % )ou u ne «erreu r de trajet» (12 % ),selon les données fou rn ies pa rle service de transport.En 2015,les trois mêmes motifs de plaintes a rriva ien t é ga le - ment en tê te de liste,da n s des proportion s légèrem en tdifféren tes. «S’ily a plu s de dé pla cem en ts,c’est qu ’ily a plus d’usagers.Un e a u gm en ta tion du nombre d’usagers expliqu e a u ssil’augmen - ta tion du n ombre de plaintes»,in diqu e Ma - rie-PierBea u lieu ,lorsqu ’a ppelée à commen - ter ces chiffres. «A u ssi, depu is 2016, lors - qu ’u n contrôleu r intern e rem a rqu e u n e situ a tion a n orm a le, il communiqu e a vec la techn icienne respon sa ble des plaintes,qu i rem plit a u tom a tiqu em en t u n formulaire, alors qu e ce n ’était pa s le ca s a u pa ravant», ajou te-t-elle.Selon elle,cela peu tdon c a u ssi expliqu eren pa rtie la ha u sse du n ombre de plaintes cette année-là.Celles-cison t tou tes acheminées au transporteu rKeolis,qu iten te de corrigerla situ ation . La diminution du n om bre de circu its (de PUBLIÉ PAR 231, rue Sainte-Marie Terrebonne (Québec) J6W 3E4 PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Gilles Bordonado FONDATEUR Pierre Vigneault RÉDACTRICE EN CHEF Véronick Talbot JOURNALISTES Mélanie Savage Pénélope Clermont Gilles Fontaine Jean-Marc Gilbert DIRECTEUR DES VENTES Gilles Bordonado De plus en plus de Moulinois utilisent les services de transport en commun, ce qui s’accompagne également d’une hausse du nombre de plaintes. En seulement un an, le nombre de plaintes a bondi de près de 30 %, alors que le nombre de déplacements a enregistré un gain de 1,96 %. (Photo: Jean-Marc Gilbert) 32 à 27 en tre 2014 et 2016)ne représente pa s u ne dim inution de service,a ssu re-t-elle, pu isqu e le nombre de dé pla cem en ts esttou - jou rs en ha u sse.Noton s a u ssiqu ’Urbis a offert cinq circu its de ta xibu s en 2016,com pa - rativem en tà deu x en 2014. COMMENTAIRES D’USAGERS Le Traitd’Un ion s’estren du au terminus,le 20 septem bre, pou r in terroger a u ha sa rd qu elqu es u tilisa teu rs su r leu rsa tisfaction du service. Vick y H a n u sea c, qu i ha bite à La Plaine,estgé n é ralem en tsa tisfaite du service et a a ppris à com poseravec certa ins reta rds pou rse ren dre à l’u niversité. La M a scou choise Sa ima Raja trou ve pou r sa pa rt qu e les horaires pou rraien t ê tre mieu x adaptés.«Ily a des problèmes de syn - chron isa tion .Ildevrait y a voir plu s de dé - pa rts,pa rce qu e pa rfois,nous devon s atten - dre u n e heu re en tre deu x a u tobu s»,sou lign e-t-elle. Dan ielTu rcotte,un utilisa teu rqu a siqu otidien ,se dit relativem en t heu reu x du service offert,m ais ilcroit qu e la fréquence de pa s - sa ges su r certa ins circu its devrait ê tre a u g - CONSEILLERS PUBLICITAIRES Paul Laverdière Yves Chamberland Daniel Soucy Julie Gordian Jonathan Lessard Annie Perron Vivianne Morin Pierre St-Arneault Luc Laurin Charles Verdun DIRECTEUR DÉVELOPPEMENT Daniel Soucy RÉCEPTION / PETITES ANNONCES Carolle Cyr Jessica Berrry Émilie Bordonado COORDONNATRICES AUX VENTES Lise Bourdages Cinthia Audet-Davidson COMPTABILITÉ Lise Caron mentée à l’exté rieu rdes pé riodes de poin te etle w eek en d. Tom m y Piché , qu i monte sou ven t da n s l’autobu s 1,con sta te de n om breu x reta rds. «Trois fois su rqu a tre,le cha u ffeu rdoita ppe - ler au term inus pour reten ir les a u tobu s», note-t-il,pou réviter qu e les u sa gers raten t leu rcorrespon da n ce. Maïka Hébert,u ne étudiante qu iha bite à La Plaine,a sou ven t raté sa correspon da n ce vers La va len raison du reta rd de l’autobu s qu ila conduit a u term inus le m a tin.«Je n e ca lcu le plus le n om bre de fois où j’airaté mon prem iercou rs du m atin à ca u se de ça .Il devrait y avoirplu s de tem ps en tre l’a rrivé e de n otre prem ier a u tobu s et le dé pa rt de l’autre.Ilfaudraitpren dre en con sidé ration la circu lation très lou rde su rle chem in Gascon . Le m a tin,c’est l’en fer», sou lign e la jeu n e femme,qu i vien t tou t ju ste d’obten ir son perm is de con du ire. Mme Hé bert dé plore aussiun manque de sé cu rité au terminus de Terrebonne (voirau - tre texte),où les portes ferm en t à 22 h,alors qu e certa ins circu its transporten t des pa ssa - gers ju squ’à 2 h du m atin . INFOGRAPHIE Compomax inc. IMPRESSION Transmag DISTRIBUTION Publi-Sac TIRAGE : 50 000 EXEMPLAIRES LE TRAIT D’UNION, journal hebdomadaire, est publié par LA REVUE de Terrebonne inc. 231, rue Ste-Mari e à Terrebonne, province de Québec (Code postal: J6W 3E4) et imprimé par l’imprimerie Transmag. Nos bureaux sont ouverts du lundi au vendredi de 8h30 à 17h. Dépôt légal à la Bibliothèque Nationale du Québec. Distribué gratuitement dans les municipalités de Terrebonne, Lachenaie, Mascouche, La Plaine et dans les dépôts de journaux de la région. Coût de l’abonnement (12 mois): Canada 200$, États-Unis 300$, Étranger 300$. Tous droits réservés. La reproduction des textes d’information et d’annonces publicitaires est inter dite à moins d’une autorisation écrite du directeur.

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 5

    MOIS/ANNÉE EN À LA FIN DE VIGUEUR 09 / 05 09 / 05 MARIE-PIERRE CHAMPAGNE www.braultetmartineau.com La sé cu r ité du term inus qu estionnée D es utilisa teu r s du tra n sp orten commun se posentdes qu estion s au su jetde la sé cu r ité du ter m inus de Terrebonne.Le loca lfer m e à com p ter de 22 h le soir,alors qu e le service se poursuitju squ’aux petites heu res du matin etqu ’aucun ga rd ien de sé cu r ité ne su r veille le site pendantcette périod e. J ea n -Marc Gilb ert media@ larevu e.qc.ca Maïka Hébert a souvent été confron té e à cette situ ation da n s les dern ières années,lors qu ’elle reven a it du travail,pa rexem ple.Elle dé plore en tre a u tres devoir a tten dre plu - sieu rs diza ines de minutes a u froid du rant l’hiver,m ais elle a a u ssicroisé à de n ombreu - ses reprises des «gen s lou ches» ou des grou - pes de person n es qu ine luiinspiraien t pa s con fiance.«O n a hâ te qu e l’autobu s a rrive, pa rfois.J’en aipa rlé à des amies,et elles non plu s n’a pprécien t pa s la situ a tion »,dit M m e Hé bert,sou lign a n t tou tefois qu ’aucun inciden t grave n’est su rven u .«Sile loca lest ba r- ré,ildevrait au moins y avoiru n ga rdien de sé cu rité à l’extérieu r,qu ifaitle tou rpou rs’as - su rerqu e tou testcorrect»,su ggè re-t-elle. Les grands-pa ren ts de cette jeu n e femme se son t sou ven t dé placés pou rallerla chercherau terminus,lorsqu ’elle reven a itdu tra - va il,ta rd le soir.Sa grand-mère,Gaé tan e Hé - bert,étaitin quiète de voirsa petite fille,mais a u ssi d’autres u tilisa teu rs a tten dre da n s de telles con dition s. «L’en droit est retiré et en tou ré de terrains va gu es.Cette situ a tion est in admissible en 2017,alors qu e les term in u s et sta tion s de La va letde Montréaloffren tune su rveillance sé cu rita ire a u x pa ssa gers jusqu’à la fin de l’horaire de transport»,nous a-t-elle écrit. Son ia Berlim a,une autre utilisa trice,affirm e qu ’ils’agiraitd’u n en jeu très sé rieu x pou relle d’atten dre à l’extérieu rsisa voitu re ne l’atten - da it pa s da n s le sta tionnement incita tif du terminus,lorsqu ’elle arrive tard le soir. D O SSIE R D E LA SE M AIN E Certains usagers du transport en commun croient que le local du terminus de Terrebonne ne devrait pas fermer ses portes avant la fin du service. Ils aimeraient à tout le moins la présence d’un gardien de sécurité. (Photo : Jean-Marc Gilbert) PROJET-PILO TE Marie-Pier Bea u lieu ,agente de communica tion pou rla MRC Les Moulin s,et qu ia ssu - raita u ssiles communica tion s pou rUrbis ju s - qu ’à tout récemment,affirm e qu ’un pro - jet-pilote de ga rdien de sé cu rité a été testé en mai2016.Iln ’a pa s été ju gé n é cessa ire de pou rsu ivre da n s cette voie. «Selon les con sta ts effectu é s,iln ’y a va it pa s de ju stifica tion de dé pen serl’argen t des citoyen s pou ravoiru ne présence en dehors des heu res d’ou vertu re»,expliqu e-t-elle.Elle ajou te a u ssiqu e le term inus est munid’u n systè m e de ca m é ras de surveilla n ce et qu e depu is la prise en cha rge pa rle Ré sea u de tra n sport m é tropolita in (RTM ), des pa - trou illeu rs fon t des ron des pou rren forcerla sé cu rité. D u cô té du Service de police interm u n ici- pa lde Terrebonne/Sainte-Anne-des-Plaines/ Bois-des-Filion ,le ca pita ine Benoit Bilodea u in diqu e qu e le term inus de Terrebonne n’est pa s u n en droit où des in terven tion s son t re - qu ises tou s les jou rs.En tre le 1 er janvieret le 30 a oû t 2017,62 a ppels pou r cette a dresse on t é té logé s.Pa rm i ceu x-ci,prè s du tiers étaien t pou r sign a ler la pré sen ce de «gen s aux allu res lou ches».Les a u tres a ppels con - cern a ien t n ota m m en t des a ccrocha ges ou des vols à l’in térieu rdes vé hicu les. «N os policiers son ta u ssisollicités pou rfaire des pa trou illes préventives,mais ce n’estpa s un endroit problématiqu e pou rn ous.Le n i- vea u d’a ppelestraisonnable con sidé rantqu e c’estun pô le très fréquenté»,con clutM.Bilo - dea u . Offres en vigueur du jeudi 28 septembre au mercredi 4 octobre 2017. Quantité limitée sur certains articles. Valable sur les produits en inventaire seulement. Ces offres ne peuvent être jumelées à aucune autre promotion. Détails en magasin. Marques et modèles sélectionnés. Détails en magasin. † Voir conditions en magasin. **Dans un rayon de 200 km. Détails en magasin. *Termes et conditions de la vente pour le programme de fi nancement « Paiements mensuels égaux, sans intérêt » : achat minimum requis de 799 $ avant taxes pour les matelas sauf items sélectionnés. Sous réserve de l’approbation de la Fédération des caisses Desjardins du Québec ( « la Fédération » ). Tous les taux d'intérêt annuels indiqués sont sujets à changement. L’offre « Paiement reporté, aucun paiement ni intérêt avant… » permet de rembourser, par l’entremise d’une carte de crédit émise par la Fédération ( « la carte » ), un achat à paiement reporté qui est sans intérêts pendant la période déterminée lors de l’achat. Si cet achat est non payé en entier à échéance, un taux d’intérêt annuel d’au plus 21,9 % s’y applique et celui-ci est converti au mode de remboursement d’un achat par versements égaux et consécutifs exigible en 12 mensualités égales si le solde converti est inférieur à 1 000 $, en 24 mensualités égales si le solde converti est égal ou supérieur à 1 000 $ et inférieur à 3 000 $, et en 36 mensualités égales si le solde converti est égal ou supérieur à 3 000 $. Taux d’intérêt annuel de la carte d’au plus 19,9 %. Le délai de grâce de la carte est de 21 jours sans intérêts, COÛT ANNUEL COÛT POUR UN CYCLE DE FACTURATION DE 30 JOURS TAUX D’INTÉRÊT ANNUEL EXEMPLES DE FRAIS DE CRÉDIT SOLDE MOYEN QUOTIDIEN 100 $ 100 $ Achat courant 19,90 % 1,64 $ 19,90 $ Achat par versements égaux 19,90 % 1,64 $ 19,90 $ Achat à paiement reporté 21,90 % 1,80 $ 21,90 $ à partir de la mise à la poste du relevé mensuel ou de sa mise en disponibilité en format électronique, pour acquitter le solde total du relevé sans être obligé de payer des frais de crédit, sauf sur les avances d’argent et les chèques. Paiement minimum de la carte constitué de 5 % du total : du solde indiqué sur le relevé de la période précédente, des frais de crédit applicables aux achats et mensualités impayés à l’échéance de cette période, des achats courants, avances d’argent et chèques de la période visée par le relevé et des frais de crédit sur les avances d’argent et les chèques ; auquel s’ajoutent : la ou les mensualités de la période visée par le relevé, le montant des achats à paiement reporté exigible à la date du relevé, tout montant en souffrance et toute autre somme prévue par le contrat de la carte. Il n’y a aucuns frais d’adhésion/renouvellement qui s’appliquent selon la carte demandée ou utilisée pour procéder à l’achat. Détails en magasin. MOUSSE GEL COOL TWIST® Payez en versements 90 jours d’essai † RESSORTS ENSACHÉS INDIVIDUELLEMENT CONTOUR DE MOUSSE TOTAL EDGE® MOUSSE LATEX TALALAY 36 19 $* 22 /36 mois 799 BAS PRIX EXTRÊMES Profitez de prix extrêmement bas sur des centaines de marques et modèles dans tous nos départements ! Matelas et sommier NAPLES Sommier rigide de 8,5 po Sommier rigide de 5,5 po aussi disponible Livraison gratuite • 1 place 19,42 $*/mois ou 699 $ • Grand lit 24,97 $*/mois ou 899 $ • Très grand lit 38,86 $*/mois ou 1399 $ Marques et modèles sélectionnés BAS PRIX EXTRÊME $ L'ensemble 2 places braultetmartineau.com 90 jours d’essai † Matelas et sommier JATOBA Ressorts ensachés/Contour de mousse/Mousse infusée de gel/Sommier rigide de 9 po Sommier rigide de 5 po aussi disponible RESSORTS DE SOUTIEN CENTRAL Livraison gratuite HEURES D’OUVERTURE : LUNDI AU MERCREDI 10 h à 18 h • JEUDI ET VENDREDI 10 h à 21 h • SAMEDI 9 h à 17 h • DIMANCHE 10 h à 17 h SOUTIEN DE CONTOUR BETTERSTABILITY® SUPPORT AVEC TECHNOLOGIE POSTURETECH® POSTUREPEDIC MC sans intérêt * jusqu'en octobre 2020 sur les matelas Marques et modèles sélectionnés MASCOUCHE 450 474-8531 • 210, MONTÉE MASSON (BÂTISSE C), MASCOUCHE J7K 3B5 MOUSSE INFUSÉE DE GEL + Service PASSEZ VOIR NOS EXPERTS- CONSEILS DU SOMMEIL Matelas et sommier POESY Technologie de tissu Ultraphil ® Sommier rigide de 9 po Sommier rigide de 5 po aussi disponible Livraison gratuite • 1 place 13,58 $*/mois ou 489 $ • Grand lit 16,64 $*/mois ou 599 $ • Très grand lit 24,97 $*/mois ou 899 $ 86 $* 13 /36 mois 499 BAS PRIX EXTRÊME $ L'ensemble 2 places de livraison flexible et gratuit ** Plage horaire de 4 heures Desjardins partenaire officiel de Brault & Martineau Paiement Direct www.letra itd union .com - Le mercredi27 septem bre 2017 - 5

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 6

    F ABRIQUÉ ICI Mécano In d u strie, hé ros ob scu r M écano In d u strie est établie à Terrebonne depuis près de trois ans.L’en trep rise estsp é cialisé e dans l’autom a tisa tion etla ro - botiqu e.On y con çoit d es p r od u its et d es solution s sta n d a r d isé s d’em b a llage,de manuten tion etde production . G illes Fontaine presse@ larevu e.qc.ca Fon dé e en 1981 à Montréalpa rRa ym on d Gingras,Mécano Industrie œ u vrait,à l’origin e,en m é ca n iqu e in dustrielle.L’évolution de l’in génierie etde l’in form atiqu e a vite fait progresser l’en treprise vers la robotiqu e.A u fon d,si certa ins manufacturiers-clien ts on t pu a u gm en terleu rprodu ctivité et leu reffica cité,c’esten grande pa rtie grâce aux équipem en ts «inventés» pa rMécano In du strie. «Nou s m etton s a u poin t des systè m es com plets autom a tisé s pou rles in dustries ou manufacturiers.Ça peu têtre un grand en tre - pô t où l’on a u ra robotisé tou tes les opé ra - tion s d’en treposa ge,de la mise en pa lette à l’em ba lla ge et à l’étiqu eta ge,ou un manu - facturier qu ifabriqu e des bou teilles ou fait de l’em bou teillage»,expliqu e le présiden t fon da teu r,Ra ym on d Gingras. JA M A IS LE MÊME SY STÈM E «Ce qu ’ily a de bea u et de “cha llen gea n t” dans notre dom a ine,ajou te-t-il, c’est qu e nous ne répéton s jamais le même système. Cha qu e clien t a ses pa rticu larité s et des de - mandes très spé cifiqu es.Nos con traintes son t bien sû r l’échéance et les opé ration s sou ha i- tées,mais nous devon s tou jou rs travailleravec une produ ctivité etdes espa ces différen ts.» Bien qu e les systè m es fabriqu é s pa rMéca - no In du strie soien td’u ne grande com plexité d’in génierie,les é ta pes pou r y a rriver son t plu tôt simples.Tou t dé bu te pa ru ne lon gu e pé riode d’échanges avec le fu turclien t.«D i- son s qu e c’est u n e pé riode qu ipeu t du rer plu s ou moin s 12 à 14 m ois.On reçoit les spé cifica tion s,on dessine,présente et revisite plu sieu rs fois.À cha qu e projet,n otre dé fi estde trou verla solution du prem iercou p et de prévoirles problèmes.Malheu reu sem en t, C’est à Montréal, en 1981, que Raymond Gingras fonde Mécano Industrie. Avec une vingtaine d’employés, l’entreprise de Terrebonne est spécialiste de l’automatisation et de la robotique. Son champ d’activités est vaste, mais sa plus grande expertise touche les systèmes pour l’embouteillage et l’emballage. (Photo : Gilles Fontaine) ce qu iest su r pa pierest sou ven t bien diffé - ren tde la réalité.» DES INVENTEURS Très humble,Ra ym on d Gin gras ne dit ja - mais qu e l’en treprise invente.«Pu isqu e nous ven don s les systè m es,iln ’y a pa s de brevets en registrés.» Pou rtant,à cha qu e projet,l’en treprise pa rt de zé ro et doit cré er qu elqu e chose qu i n’existe pa s.«Ila rrive a u ssi qu e n ou s trou - vion s u n e solution à u n problème.L’un de nos clien ts a va it u n systè m e qu i ca u sa it bea u cou p de pertes en bou teilles,trop se ca ssa ien t. Nous avons mis a u point pour cette en treprise u n robot qu i dé pose les bou teilles.Ça a été tou t u n travaild’in génie - rie,ca rnous devion s com poseravec l’espa ce restreint de manuten tion ,la vitesse de pro - du ction etla mise en ca isse.» Ce qu iren d très fierM.Gingras,c’est qu e tou t est fait à Terrebonne.«À pa rt peu t-être le dé cou pa ge a u laserou le pliage de certains matériaux,tou tse pa sse ici(chez Méca - no In du strie).C’est u ne fierté pa rce qu e tou t est loca l,m ais é ga lem en t pa rce qu e n ou s pou von s ainsia ssu rerune très grande qu a lité de n os systèmes à nos clien ts.» Aujou rd’hu i,l’en treprise sise su r la rue Na - tion a le à Terrebonne,secteu r La chen a ie, com pte u n e vingtaine d’em ployé s ha u te - mentqu a lifiés.Son cha m p d’action estva ste, mais sa m ission est u n iqu e :augmenter la produ ctivité etl’effica cité des m anufacturiers. 6 - Le mercredi27 septem bre 2017 - www.letra itd union .com grâce à la casserole méditerranéenne * * saucisses, pesto de basilic, tomates, oignons, olives noires, fromage feta, patates, sauce hollandaise, oeuf Participez en ligne au eggsquis.com/concours avec l'aide du numéro d'inscription qui se trouvera sur votre facture.

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 7

    S .COM VENTE FIN DE MOIS 27-28-29 SEPTEMBRE .COM .COM .COM .COM 1-855-711-2524 .COM www.letra itd union .com - Le mercredi27 septem bre 2017 - 7

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 8

    PAR ICI PRIX EN VIGUEUR DU JEUDI 28 SEPTEMBRE AU MERCREDI 4 OCTOBRE 2017 8 - Le mercredi27 septem bre 2017 - www.letra itd union .com Qualité. Fraîcheur. Prix compétitifs. ICI, ON PEUT PARLER AU BOUCHER RÔTI DU ROI 3 99$ /lb 8 80$ /kg BŒUF HACHÉ MI-MAIGRE (85% MAIGRE) 3 99$ /lb 8 80$ /kg HUÎTRE FRAICHE À partir de 99 ¢ /un CRETON AU PORC 1 29$ /100 g FRAIS 3 99$ BRIE PRÉSIDENT 4 99$ BALUCHON BIO 3 99$ JAMBON FUMÉ VALENS SANS GLUTEN, SANS NITRITE 3 99$ 2/ 5 $ BOULES DE CHOU FRISÉ ET QUINOA FUNCTION ROQUEFORT SOCIÉTÉ 4 99$ LA MANCHA 3 99$ FROMAGE À GRILLER ST-VALLIER OU FLEUR SAINT-MICHEL 4 99$ HUILE DE COCO CLIC 3 99$ MOÛT DE POMMES R.W. KNUDSEN AU CHOIX

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 9

    3/ 5 $ ANANAS GOLDEN COSTA-RICA 2/ 3 $ CHOUX-FLEURS 1 P Québec CITRON ! 49$ PIMENTS ROUGES P Québec PRIX EN VIGUEUR DU JEUDI 28 SEPTEMBRE AU MERCREDI 4 OCTOBRE 2017 1 49$ 8 99$ 99 ¢ ZUCCHINIS VERTS 3 pour 5 $ CHOUX KALE P Québec P Québec EN BOITE GRÈCE CLÉMENTINES PÉROU KIWIS CHILI 2 99$ FIGUES 1 99$ MEXIQUE POMMES SPARTAN ET MCINTOSH 69 ¢ PAPAYES 3 99$ PATATES GRELOTS BLANCHES 79 ¢ P Québec MASCOUCHE 790, Montée Masson Tél. 450 474-2911 HEURES D’OUVERTURE Boul. Mascouche Montée Masson Avenue Bourque Chemin Ste Marie P Québec LAITUE FRISÉE ROUGE ET VERTE CITRONQUECESTBON.COM Fier partenaire SUIVEZ-NOUS SUR P Québec www.letra itd union .com - Le mercredi27 septem bre 2017 - 9

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 10

    10 - Le mercredi27 septem bre 2017 - www.letra itd union .com 10 QUE STION S À ...M E MARC BOUD RE AU Avoca teta ssocié principalchez Marceau Soucy Bou d rea u à Blainville,le Terrebonnien a été reçu au tablea u de l’Ord re en 1993 .Me Bou d rea u a a u ssiten té sa cha n ce à plusieu r s rep rises lors d ’élection s p rovinciales etfédérales. Propos recueillis par Gilles Fontaine Dans quel domaine du droit exercez-vous votre pratique? Principa lem en t,le droit du travailet le litige.Je su is é ga lem en t présiden t in dépen - da n tdu tribu n a ldisciplin aire du Service correctionneldu Ca n a da ,qu irégit tou tes les in stitu tion s ca rcé rales fédérales [sen ten ces de deu x ans et plu s].Nou s in tervenons lors - qu ’ily a une in fraction disciplin aire commise pa ru n dé ten u .C’estrelativem en tproche du droit du travail,en ce sen s qu e ça s’a ppa - ren te à l’arbitrage de grief.L’u n e des diffé - ren ces estqu e n ous devon s pren dre nos dé - cision s hors de tou t dou te raisonnable, comme lors d’un procè s crim inel.À l’occa - sion ,je peu x a u ssi agir à titre de coron er, mais c’estplu s rare. Quelle est la facette de votre travail la plus difficile? Ce qu iest le plus difficile,c’est d’avoirà éteindre des feu x tou s les jou rs tou t en faisa n tla gestion de l’agenda.Sou ven t,j’arrive le m a tin a vec u n e idé e en tê te, mais les cou rriels,les messages im portants etles im - prévus fon t en sorte qu e les priorité s cha n - gen tcon stamment.Les urgen ces n on planifié es se produ isen t pratiqu em en t tou s les jou rs. Nos services : DENTUROLOGISTE JACQUES CHABOT D.D. Mélina Alain d.d. Estimation gratuite 450 474-4770 www.denturologistechabot.ca Quel domaine du droit ne pratiqueriez-vous jamais? Le droit m a trimonial. C’est trè s é m otif. Sou ven t,les gen s n e pen sen t qu ’à leu rs in - térêts.Com bien de pa ren ts se serven t-ils de leu rs en fants da n s u n telcon flit? Ily a a u ssi plu sieu rs avocats qu ison t incapables de re - lativiser la situ a tion . Ça pren d bea u cou p d’efforts d’in trospection et de distinction en tre les in térêts personnels etle règlem en t d’u n con flitm atrim onial. Quelles seraient, selon vous, les quali - tés requises pour être un bon avocat? Ilfaut sa voirse m ettre à la place du clien t et su rtou t,n e jamais se croire meilleu rqu e celui-ci.Sinous som m es les meilleu rs da n s notre dom a in e,nos clien ts on t cha cu n leu r expertise. Au fon d, c’est u n e relation en équilibre,une relation qu ’ilfaut respecter.Il y a en core trop de ju ristes qu iagissen t de façon hautaine et je n e crois pa s qu e cela sert nile clien t nila ju stice.Je pen se qu e le fait d’avoirvé cu da n s u n e famille m odeste et d’avoir«a ppris» la vie su rle plancherdes va ches m ’a permis de com pren dre bea u - cou p de choses.Autrem en t,je crois qu e d’a - voiru ne belle plume,de possé derde bon - nes qu a lité s d’analyse et de syn thè se,et de Jacques Chabot • Fabrication de prothèses dentaires sur implants • Nouvelles prothèses de qualité supérieure • Fabrication de prothèses complètes et partielles • Réparation de prothèses en 1 heure • Ajustement de prothèses dentaires trop grandes • Examen de vos gencives et de vos prothèses • Appareil anti-ronflement • Base molle d.d. Horaire prolongé Depuis 35 ans Édifice Doyle 784, montée Masson, Mascouche Le Terrebonnien se spécialise en droit du travail. Outre sa profession, il a une grande passion pour la politique. (Photo : courtoisie) sa voir m ettre en é vidence nos arguments son tde grands atou ts. Comment pourrait-on avoir un meilleur système de justice? Prem ièrem en t, il faut compren dre n otre systè m e pou r en a pprécier qu elqu e peu sa va leu r.Bien sû rqu ’ilestim parfaitetperfectible,mais ilga gn e à ê tre connu.Peu t-être qu e l’u n e des solution s serait de m ieu x en expliqu erles rou a ges etde le ren dre plu s ac - cessible.L’un des grands prin cipes de n otre droit[crim inel]estqu ’ilva u tmieu x acquitter une person n e «cou pa ble» qu e d’em prison - nerun innocent.Plusieu rs n e com prennent pa s ce prin cipe,ce qu iest normal.En l’expliqu a n t,en dé m on trantsa raison d’être,je su is con va incu qu e les gen s com pren draien t da - va n ta ge et,qu isa it,qu ’ils pren draien t peu t- être plu s soin de n otre système de ju stice. Outre l’université et le cégep, devrait-on enseigner les principes de droit à l’école? Très certainement.Ça perm ettraità tou tle moins de mieu x faire connaître n otre sys - tème,comme je le disa is précédemment.Pa r exem ple,j’aidé jà enten du u n e femme de La c-Mégantic dire qu ’elle vou lait qu e les hommes a ccu sé s à la su ite des tristes évène - m en ts de 2013 soien t reconnus coupables, alors qu e l’on devrait tou t simplem en t sou - ha iter qu ’on travaille à ce qu e justice soit faite.De plu s,en seign erle droità l’école perm ettrait de pa rler d’obliga tions et non pas seu lem en t de droits et liberté s.Vou s sa vez, la liberté de l’u n est in timement liée à la liberté d’u n autre,etje crois qu ’u ne éducation ju ridiqu e pou rrait faire tom berles ta bou s et les in compréhension s. Vous vous êtes déjà porté candidat à des élections au provincial et au fédéral. Quelles étaient vos motivations? En fait,alors qu e j’étais étudianten droit,je me su is porté ca n dida t pou rle Pa rtiQ uébé - cois en 1989 et je me su is présenté da n s le West Island.L’en jeu à ce moment était l’éta - blissem en t d’un cégep francophone dans l’ou est.J’aitout de même récolté 21 % des votes,un record,etily mainten a n tun cé gep francophone dans l’ou est, le Cé gep Gé - rald-Godin.Au fédéral,je m e su is présenté comme candida t en 2008 da n s M on tca lm ainsiqu ’en 2011 et2015 da n s Va u dreu il-Sou - la n ges sou s les cou leu rs du Pa rtiCon serva - teu r.Mes motiva tion s on t tou jou rs é té les mêmes.J’aiune grande satisfaction lorsqu e je règle la situ ation d’u n clien t.C’estla même chose en politiqu e.J’aile goû t de servir,de régler des problè m es en trou va n t des solu - tion s.Etles relation s sociales,j’en aibesoin . Pensez-vous faire un retour en politique? J’aitou jou rs é té im pliqu é en politiqu e, mais ces dern ières a n n é es,m a ca rrière pro - fessionnelle a pris bea u cou p d’im portance. J’aidon c m is la politiqu e su rla glace.Je su is a ssocié principa lda n s u n ca binet,le travail ne manque pas.Mais sij’aimis la politiqu e de cô té ,iln ’est pa s im possible qu e j’y re - vienne.Je dirais qu e c’estfortem en tpossible avec un grand in térêtpou rla politiqu e m unicipa le.Peu t-être même à Terrebonne. Si ce n’était pas du droit, quelle profession auriez-vous exercée? En fait, jusqu’en secon da ire 5,je vou lais être m é decin.Ça s’est dé cidé a ssez rapide - ment et à la dern ière minute.Cepen da n t,je dois avouerqu e j’aitou jou rs aimé les expo - sé s oraux.Je me sou vien s d’y avoirvraiment réfléchilorsqu e l’u n de m es professeu rs m’a posé la fameuse qu estion de ce qu e je vou - lais faire da n s la vie. Quels conseils pouvez-vous donner aux étudiants en droit? Qu’ils resten t eu x-mêmes et qu ’ils s’accro - chen t à ce qu iles pa ssionne.Ils doiven t ou - blierce qu e l’on voit da n s les sé ries ou au cinéma.Ily a un cô té plu s administratifetpro - cé du ralqu e l’on n e voit jamais, et qu iest tou t a u ssi n é cessa ire.Le droit,ce n ’est pa s qu e des plaidoiries et des jou tes oratoires thé â trales.

Page 1 of 3

Please wait