Topics
Add to bookmarks Add to subscriptions Share
IRIC_rapport2009-2010_FR
Reports | Sciences 2010-11-10 10:18:11
Page 1 of 6
  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 1

    Rapport d'activités 2009-2010

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 2

    Le cancer est la première cause de mortalité au Canada. La Société canadienne du cancer estime qu'en 2010, 173 800 nouveaux cas seront diagnostiqués et que 76 200 personnes en décéderont. Près de 40 % des Canadiennes et de 45 % des Canadiens seront atteints d'un cancer au cours de leur vie. Malgré des efforts considérables et des avancées scientifiques spectaculaires pour lutter contre cette maladie, il manque de traitements adéquats pour la plupart des types de cancer. Pôle de recherche et centre de formation ultramoderne situé au cœur de l'Université de Montréal, l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) a été créé en 2003 pour élucider les mécanismes du cancer et découvrir de nouvelles thérapies plus efficaces contre ce fléau. Couverture avant : Une équipe de travail multidisciplinaire de l'IRIC. À l'avant, les étudiants Danielle de Verteuil et Étienne Caron entourant le D r Claude Perreault, chercheur, immunobiologie. À l'arrière, D r Pierre Thibault, chercheur, protéomique et spectrométrie de masse bioanalytique, la stagiaire postdoctorale Wafaa Yahyaoui, le responsable de la plateforme de protéomique, D r Éric Bonneil ainsi que le D r Sébastien Lemieux, chercheur, bio-informatique fonctionnelle et structurale. 03 07 11 26 34 42 46 Table des matières Le profil de l'IRIC Les messages de la direction Les activités scientifiques La formation de la prochaine génération de chercheurs La philanthropie au service d'une mission Travailler, s'engager Le portrait financier

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 3

    Le profil de l'IRIC L'IRIC fonctionne selon un modèle unique au Canada. Sa façon innovante d'envisager la recherche a déjà permis de réaliser des découvertes qui auront, au cours des prochaines années, un impact significatif dans la lutte contre le cancer.

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 4

    4 Une pédagogie innovante pour former les chercheurs de la relève Page 3 : D re Julie Lessard, chercheure principale, et Manuel Buscarlet, stagiaire postdoctoral. Un environnement et des infrastructures à la fine pointe de la recherche Une approche multidisciplinaire axée sur la biologie intégrative des systèmes D'étroites collaborations avec le milieu clinique Une chaîne unique de découverte de médicaments anticancer L'IRIC, c'est...

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 5

    En SEuLEmEnt SEpt anS d'aCtIvIté, L'IRIC a aCquIS unE RéputatIon d'ExCELLEnCE au SEIn dE La Communauté SCIEntI fIquE CanadIEnnE Et IntERnatIonaLE. Son équIpE ESt foRméE dE pRèS dE 400 paSSIonnéS, touS ConvaInCuS du bIEn-fondé dE L'appRoChE adoptéE paR L'InStItut : La CompLémEntaRIté dE L'ExpERtISE, La CoLLaboRatIon Et La CoLLégIaLIté, aInSI quE La CRéatIvIté Et L'InnovatIon, ConStItuEnt Sa RECEttE gagnantE pouR vaInCRE LE CanCER. Une approche multidisciplinaire axée sur la biologie intégrative des systèmes Il y a une dizaine d'années, l'apparition simultanée de technologies hautement sophistiquées et de nouvelles disciplines scientifiques - génomique, protéomique, bio-informatique - a permis d'accélérer de façon remarquable les travaux de recherche et a conduit à la naissance de la biologie intégrative des systèmes. Cette approche novatrice, basée sur la multidisciplinarité, cherche à étudier en même temps l'ensemble des composantes d'un processus biologique, et non plus seulement un de ses aspects. L'IRIC a été l'un des premiers centres de recherche au Canada à fonctionner selon ce modèle. Une chaîne unique de découverte de médicaments anticancer L'Institut a mis en place la première chaîne canadienne de découverte de médicaments anticancer en milieu académique. Au départ, des cibles thérapeutiques sont validées en effectuant un vaste éventail de tests afin d'identifier des composés actifs. Le laboratoire de chimie Un modèle de recherche distinctif axé sur les résultats médicinale de l'Institut en optimise ensuite les propriétés. Enfin, IRICoR, filiale de l'IRIC créée en 2008, établit des partenariats avec des compagnies biopharma ceutiques dans le but de commercialiser les découvertes. D'étroites collaborations avec le milieu clinique Les chercheurs de l'IRIC entretiennent des liens privilégiés avec le milieu hospitalier, ce qui leur permet de faire progresser plus rapidement leurs recherches et de les valider dans le cadre d'essais cliniques. Les collabo rations incluent l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, le CHUM, l'Hôpital général juif de Montréal et l'Hôpital de l'Université McMaster (Hamilton). De plus, les chercheurs de l'Institut sont intégrés aux réseaux locaux, nationaux et internationaux voués à l'avancement de la science et de la santé publique. Un environnement et des infrastructures à la fine pointe de la recherche L'IRIC occupe le pavillon Marcelle-Coutu de l'Université de Montréal, un édifice conçu spécifiquement pour répondre aux besoins d'une recherche collaborative et multidisciplinaire. Tous les chercheurs ont accès à 11 plateformes technologiques de pointe, outils de recherche rares en milieu académique. Ces plateformes servent aussi les besoins de la communauté scientifique de l'Université de Montréal, du Canada et d'ailleurs. Une pédagogie innovante pour former les chercheurs de la relève Les chercheurs de la nouvelle génération formés à l'IRIC ne doivent pas uniquement devenir des experts dans leur domaine de compétence : ils doivent également avoir intégré la multidisciplinarité et la collabo ration à leur pratique. Pour ce faire, l'Institut a été le premier au Canada à mettre sur pied un programme d'études graduées en biologie des systèmes, adapté à la fois au marché du travail et à la recherche académique. Celui-ci connaît un succès sans précédent et attire des étudiants du monde entier. 5

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 6

    2mandats accélérer la découverte de nouvelles thérapies et former les scientifiques de demain une équipe de 400 passionnés Page 7 : d r guy Sauvageau, chef de la direction et directeur scientifique de l'IRIC, d r guy breton, recteur de l'Université de Montréal et d r Robert Lacroix, président du conseil d'administration de l'IRIC. 1Avoir un impact significatif dans le traitement du cancer mission DeS MoyenS AMbITIeUx 25 chercheurs principaux 152 employés de recherche 74 stagiaires postdoctoraux 124 étudiants à la maîtrise et au doctorat 23 employés professionnels et administratifs 11 plateformes technologiques ultraperformantes 1 chaîne intégrée de découverte de médicaments anticancer 1 programme d'études supérieures en biologie des systèmes Plus de 120 millions de dollars en investissements L'IRIC en un clin d'œil 25 unités de recherche DeS RéSULTATS Déjà ConCLUAnTS plus de 360 publications dans des revues scientifiques 11 brevets émis et 25 demandes de brevets déposées par ses chercheurs plus de 550 conférences de ses chercheurs et de chercheurs invités 279 étudiants et stagiaires postdoctoraux formés 15 chaires de recherche du Canada et 2 chaires privées Près de 15 millions de dollars en financement de la recherche dans la dernière année

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 7

    Les messages de la direction * mot du recteur de l'université de montréal * mot du président du conseil d'administration de l'IRIC * mot du chef de la direction et directeur scientifique de l'IRIC

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 8

    8 Un des fleurons de notre université Le cancer ne cesse de gagner du terrain à l'échelle mondiale, et il importe plus que jamais de trouver le moyen de renverser la tendance. Au début des années 2000, le recteur Robert Lacroix a poursuivi l'ambition de positionner l'Université de Montréal à la tête de l'excellence mondiale en recherche sur le cancer. Il a eu raison. Aujourd'hui, l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) a réussi ce pari et se démarque particulièrement par la mise en place de la première véritable chaîne de découverte de médicaments anticancer en milieu académique au Canada. Par son caractère innovant, son audace et l'expertise de ses chercheurs, l'IRIC participe de façon extraordinaire au rayonnement de notre établissement, dont il est un des fleurons. Un rêve des plus fous La création de l'IRIC, en 2003, a constitué le projet le plus audacieux de mon mandat à la tête de l'Université de Montréal. Même dans mes rêves les plus fous de recteur, jamais je n'ai imaginé que l'Institut acquerrait en si peu de temps un tel niveau d'excellence. Il l'a acquis, d'abord et avant tout, grâce à son exceptionnelle équipe, mais aussi grâce au soutien de l'Université de Montréal et de nombreuses personnalités qui ont adhéré au projet. Cette alliance du monde académique et du monde des affaires se retrouve au sein du conseil d'administration de l'IRIC. Ses membres, tous convaincus de l'importance capitale de l'Institut, ne se contentent pas de répandre les bonnes nouvelles des dévelop pe ments qui s'y produisent et des découvertes qui s'y réalisent : ils l'aident également à maintenir ses orientations, en revoyant régulièrement son plan stratégique et en participant à l'élaboration du montage financier qui soutiendra ce plan. À cet égard, la première campagne de financement de l'IRIC, que je copréside avec Marcel Dutil, président du conseil et chef de la direction de Groupe Canam, peut être qualifiée d'historique : À l'aube d'une nouvelle grande campagne de financement à l'Université de Montréal, il ne fait aucun doute que son développement et sa notoriété demeurent parmi nos principales priorités. Souhaitons à l'IRIC de récolter tous les appuis financiers nécessaires pour lui permettre de mener à bien sa mission. Enfin, je profite de la parution de ce premier rapport d'activités pour remercier le Dr Guy Sauvageau, les chercheurs, le personnel et les étudiants de l'IRIC ainsi que les membres de son conseil d'administration pour leur travail passionné. guy breton, m.d., f.R.C.p.(c) Recteur de l'Université de Montréal depuis le début de cette campagne, nous avons recueilli un peu plus de 14 millions de dollars. Un exploit pour un centre de recherche si jeune et encore si peu connu du grand public ! À ce titre, j'aimerais remercier particulièrement la Fondation Marcelle et Jean Coutu qui a donné le coup d'envoi à cette campagne en faisant un don exceptionnel de 5 millions de dollars à l'IRIC. L'IRIC a été l'une des plus belles réalisations à laquelle j'ai participé dans ma carrière. Et à chaque fois qu'un développement majeur s'y réalise ou qu'une découverte y est faite, je les reçois comme un cadeau, une récompense toute personnelle. J'ose même imaginer qu'un jour, un des chercheurs de l'Institut recevra la récompense ultime : un prix Nobel. Un rêve fou? Peut-être pas tant que ça... Robert Lacroix, ph.d., Cm, oq, mSRC (fRSC) Président du conseil d'administration de l'IRIC

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 9

    2009-2010 : une année qui prépare le futur La mission de l'IRIC est d'avoir un impact tangible dans la lutte contre le cancer en mettant au point de nouvelles thérapies efficaces. De ce point de vue, l'année 2009-2010 a été une année charnière. Auparavant, l'Institut était un jeune centre de recherche en plein développement : on travaillait à assembler toutes les pièces du puzzle - la multidisciplinarité, la collaboration, les plateformes technologiques de pointe, les partenariats - et à les faire fonctionner ensemble. Elles fonctionnent... et elles produisent des résultats plus que prometteurs ! Prenons l'exemple de la ribavirine : l'équipe de la Dre Katherine Borden a découvert que cet antiviral était efficace pour le traitement de certains patients souffrant de leucémies aiguës. Cette année 2009-2010 a aussi été celle où les grands projets stratégiques ont été lancés, notamment grâce à l'appui de généreux philanthropes qui comprennent l'importance d'investir dans un institut comme le nôtre. Ces donateurs nous apportent, au quotidien, le soutien essentiel au financement de projets de recherche risqués, mais dont l'impact potentiel sur le traitement du cancer est immense. Pour atteindre ses objectifs, l'IRIC a également la chance de travailler avec plusieurs partenaires dont l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, des compagnies pharmaceutiques et plusieurs fournisseurs d'équipements de pointe. Grâce à ses multiples collaborations, grâce aussi à son modèle distinctif qui fait de l'Institut un centre de recherche unique en son genre, l'IRIC est aujourd'hui un des pôles principaux, au Québec, de la lutte contre le cancer. Ce premier rapport d'activités, miroir des ambitions de l'IRIC et des moyens entrepris pour les réaliser, reflète ce souci d'excellence. Je vous en souhaite une bonne lecture ! guy Sauvageau, m.d., ph.d., f.R.C.p.(c) Chef de la direction et directeur scientifique de l'IRIC 9

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 10

    Coup d'envoi de la première campagne de financement d'envergure de l'IRIC qui reçoit un don de 5 millions de dollars de la Fondation Marcelle et Jean Coutu. juin 2009 juin 2003 L'IRIC élit domicile dans le nouveau pavillon Marcelle-Coutu, un bâtiment ultramoderne conçu spécialement pour répondre aux besoins techniques et collaboratifs des chercheurs et des étudiants. L'Institut entre alors dans une période de croissance marquée par la mise en activité de 11 plateformes technologiques de pointe et d'une animalerie, l'embauche annuelle de trois nouveaux chercheurs principaux et le recrutement, de plus en plus important, d'étudiants et de stagiaires postdoctoraux. Nomination de Guy Sauvageau au poste de directeur général et renouvellement de son mandat à titre de directeur scientifique. Février 2008 Robert Lacroix, recteur de l'Université de Montréal, annonce la création de l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC). janvier 2005 juin 2007 Hiver 2003-04 Mai 2006 L'IRIC en quelques dates Le nouveau directeur général exécutif, Pierre Chartrand, et les quatre premières recrues, les chercheurs principaux Trang Hoang, Sylvain Meloche, Guy Sauvageau (directeur scientifique) et Marc Therrien, s'installent provisoirement au pavillon Roger-Gaudry. Lancement du nouveau programme d'études supérieures en biologie moléculaire, option biologie des systèmes. Mise sur pied, à l'Institut, de la première chaîne canadienne de découverte de médicaments anticancer en milieu universitaire grâce à une collaboration entre l'IRIC, le Groupe de recherche universitaire sur le médicament et l'Hôpital Maisonneuve- Rosemont. Dans le même temps, l'IRIC crée sa filiale IRICoR dont l'objectif est de développer et de commercialiser de nouvelles thérapies contre le cancer.

Page 1 of 6

Please wait