Topics
Add to bookmarks Add to subscriptions Share
EuropeMag 26
Magazines | Public services 2010-07-08 14:40:34
Page 1 of 5
  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 1

    T H E E U R O P E A N L I F E S T Y L E M A G A Z I N E ARTS, CULTURE, LOISIRS ET SPORTS / ARTS, CULTURE, LEISURE AND SPORTS Gastronomy / Gastronomie N° 26 - juin-juillet 2010 Cars / Voitures Cercles des arts, culture, loisirs et sports Enology / ?nologie Win 10 accommodation vouchers for a pleasant stay in the Valley Country (see page 19) Gagnez des cadeaux pour l'été (voir page 22) Win your summer gifts (see page 22)

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 2

    Expat Expat Expat ? ? Visit Visit Visit ING ING ING first. first. first. Are you an expatriate ? If so, you need support and advice. That's exactly what ING can provide for all your banking and insurance requirements. Our ING Expat service deals with everything, www.ing.be/expat even before you arrive in Belgium : accounts, bank cards, rental guarantee, etc. To find out what ING can do for you, don't hesitate to call one one of our our advisors advisors on + 32 (0)2 (0)2 464 464 66 64. 64. ING Belgium SA/nv - Avenue Marnix 24, B-1000 Brussels - Brussels RPM/RPR - VAT BE 0403.200.393 - BIC (SWIFT) : BBRUBEBB - Account: 310-9156027-89 (IBAN: BE45 3109 1560 2789). Publisher : Philippe Wallez - Avenue Marnix 24, 1000 Brussels.

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 3

    Content Sommaire Société/Society: La perte de l'imaginaire 5 Droit/Law: Le divorce des Européens en Belgique 8 Tourisme/Touring:The Valley Country Concours/Contests: 16 Win 30 accommodation vouchers for a stay in the Valley Country 19 Win you summer design gadgets/ Gagnez vos gadgets design de l'été 22 ?nologie/Enology: Patagonia Argentina 26 Voitures/Cars: New Volvo's 2011 30 Gastronomie/Gastronomy: Les fraises de Wépion/Wepion's strawberries 32 Cercles de Arts, de la culture, des loisirs et des sports 34 5 16 30 L'imprimerie est certifiée FSC et PEFC / The printer house is FSC and PEFC certified. This magazine was produced on 100% recycled paper. The ink is of vegetal and non toxic origin. The magazine is completely recyclable. Ce magazine a été réalisé sur du papier 100% recyclé L'encre utilisée est d'origine végétale, non toxique. Le magazine est entièrement recyclable. EuropeMag n'assume aucune responsabilité quant aux informations que contient le présent magazine et ces informations ne reflètent pas nécessairement son point de vue officiel. Les données contenues dans le présent magazine ne sont pas nécessairement complètes, exhaustives, exactes ou à jour. Elles renvoient parfois à des sites extérieurs sur lesquels EuropeMag n'a aucun contrôle et pour lesquels EuropeMag décline toute responsabilité. EuropeMag n'est pas responsable du contenu du présent magazine ni de l'utilisation qui pourrait en être faite. Notre objectif est de diffuser des informations exactes et tenues à jour. Nous nous efforcerons de corriger toutes les erreurs qui nous seront signalées. EuropeMag accepts no responsibility or liability whatsoever with regard to the information on this maga zine and the information does not necessarily reflect the official opinion of EuropeMag. The material on this magazine is not necessarily comprehensive, complete, accurate or up to date and may contain links to external sites over which EuropeMAG have no control and for which EuropeMag assumes no responsibility. EuropeMag is not responsible for the contents of this magazine and the use that may be made of it. Our goal is to keep this information timely and accurate. If errors are brought to our attention, we will try to correct them. EUROPEMAG n°26 I Juin/Juillet 2010 I www.europemag.eu EuropeMAG is published by/EuropeMAG est une publication de: Special Editions Address/Adresse : Rue du Bateau 12A 1080 Bruxelles T: +32 (0)2 520 99 90 F: +32 (0)2 520 22 77 E: info@europemag.eu www.europemag.eu Managing director/Directeur: Léon RUSINEK lrusinek@europemag.eu Contibuting editors/Collaborateurs rédaction: Me Paolo Criscenzo Alessandra d'Angelo Baudouin Havaux Jacques Rifflet Advertising/Régie publicitaire: T: +32 (0)2 520 99 90 F: +32 (0)2 520 22 77 e-mail: info@europemag.eu Responsible publisher/ Editeur Responsable: Léon RUSINEK Layout: Alain Tajchman Any reproduction of the texts or photographs published herewith is forbidden without the publisher's permission. Reproduction interdite, même partielle, par quelque procédé que ce soit, du présent magazine, sans l'accord de l'éditeur. 3

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 4

    4 Et pourquoi pas une Brasserie ce midi ? EuropeMag: Chef, pourquoi une Brasserie à la Commission. P. VDB: Au début, ce site était un restaurant Buffet. Aujourd'hui les buffets ne sont plus à la mode et nous avons voulu redynamiser ce bel endroit. Sans changer le cadre, nous avons voulu changer de concept et proposer à nos clients une formule Brasserie où ils peuvent déguster de bons plats dans un cadre sympathique servis par une équipe dynamique. EMag: Quelles sont les spécialités de la Brasserie ? P. VDB: En général, les salades sont fortement appréciées. Pour ma part, j'adore cuisiner le poisson et les viandes rouges de premiers choix. Mais bien sûr, vous We meet Paul Van Den Berghe behind his cooking stove at the "Brasserie Van Maerlant." EuropeMag: Chef, why a Brasserie at the Commission? P. VDB: In the beginning the Van Maerlant was a "buffet" restaurant. Nowadays buffet restaurants aren't trendy anymore and we wanted to re-revitalize this place. Without changing the look, we wanted to adapt the concept and propose a "Brasserie" where our customers can enjoy tasty dishes, served by a dynamic team EMag: What are the Brasserie's specialties ? P. VDB: Our salads are very popular. My favorites are fish and 1st quality red meats. But of course, you will also find typical "Brasserie" dishes. trouverez également des plats typiques de Brasserie. EMag: Quel est le Budget moyen à la Brasserie ? P. VDB: Il faut compter entre 9? et 14? pour un plat. Si vous ajoutez une boisson et peut-être un dessert, il faut compter un budget de 20? à 25?. EMag: Faut-il réserver ? P.VDB.: La réservation n'est pas obligatoire mais étant donné le succès que nous connaissons, je le recommande vivement. EMag: Où se situe la Brasserie et comment peut-on réserver une table ? P VDB: La Brasserie est située rue Van Maerlant au numéro 2. La cuisine est ouverte tous les jours ouvrables de 12H00 à 14H30 et pour nous joindre c'est très facile: 02 29 96 910 J'espère que vous viendrez nombreux ! EMag: What is the average budget in the Brasserie? P. VDB You have to count inbetween 9 ? and 14 ? for a dish. If you add a drink and maybe a dessert: from 20 ? to 25?. EMag: Is it necessary to reserve? P. VDB: The reservation is not an obligation, but since we are having a lot of success, I strongly recommend it. EMag: Where is situated the Brasserie and how we can reserve a table? P. VDB: the Brasserie is situated rue Van Maerlant number 2. The kitchen is open every day from 12:00 till14:30. And to call us, it's easy: 02 29 96910. I hope to welcome all of you soon! EUROPEMAG n°26 I Juin/Juillet 2010 I www.europemag.eu

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 5

    La plume de Jules Verne a supporté la voilure de tous les oiseaux de l'imagination. Et l'imaginaire est l'aile porteuse de l'humain. L'un des plus importants «décalages» de l'homme par rapport à sa condition animale réside dans cette faculté d'évasion, de construction d'un monde dépassant le simple vécu. Cette faculté n'est pas que positive. Elle charrie, parallèlement à l'élan dynamique de l'inventivité, tout le cortège de rationalisation des revers de la vie, tout le discours erroné sur les prétendues causes de ces échecs, toutes les projections des angoisses exaspérées par certaines illusions de l'esprit. La cure analytique consiste précisément à ramener cette trajectoire du «mauvais» discours de l'imaginaire vers la réalité du vécu, restaurant ainsi l'authenticité du patient. Mais, dans sa phase bénéfique, la vertu de l'imaginaire est essentielle. Elle est à ce point cruciale qu'en son absence, l'individu ne peut vivre qu'enfermé dans le réseau des influences normatives. La société actuelle développe une pression constante, intense, pour attiser le feu de la consommation. L'enseignement est devenu «faiseur de produits humains» armés pour l'emploi. La culture est devenue une marchandise, un monde où le quantitatif prime absolument le qualitatif. Mais cette évolution malheureuse a une conséquence perverse à l'échelle de l'humain. Celui-ci apprend essentiellement à subir. Il ne fait plus appel aux extraordinaires ressources de sa propre créativité. EUROPEMAG n°26 I Juin/Juillet 2010 I www.europemag.eu Société/Society La perte de l'imaginaire Jacques Rifflet, professeur de politique internationale et d'étude des religions comparées Directeur du Centre d'Etude des Relations Internationales et Européennes. (CERIE) Fréquenter une salle obscure, ce n'est pas faire un film. S'entourer de baffles, ce n'est pas s'exprimer en usant d'un instrument, même maladroitement. Regarder un ballet, ce n'est pas apprendre à danser. Et ce sacrifice de l'imaginaire s'aggrave encore par l'effet de la perte de l'usage même de l'inventivité. À force de ne plus prendre les rames de l'esprit, la barque devient épave à la dérive des influences. Ainsi, en lisant un ouvrage sans images - quel archaïsme que d'en produire encore!- le lecteur est contraint d'imaginer le décor et les personnages. Il nimbe de son propre rêve l'action. Il rêve les barricades des «Misérables», le Nautilus de Jules Verne, le printemps du «Sacre», le collège d'Harry Potter... L'image apportée détruit cette culture d'imagination. Car si ce fait ponctuel n'est pas handicapant à condition de n'être pas devenu un mode de vie, dans le cas contraire, la capacité de construire «son théâtre» propre s'éteint. Il n'est qu'à voir le succès des bandes dessinées ou des livres illustrés! Et les enseignants savent combien la lecture devient alors une performance, un «exploit» que de moins en moins de jeunes sont à même de pratiquer avec aisance, sinon avec goût. Une comparaison vient à l'esprit. Un animal sauvage capturé tôt, éduqué au sein du monde de la sollicitude humaine, ne peut plus être relâché dans la nature, dans «sa nature». Il aura perdu sa faculté d'auto- 5

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 6

    6 Société/Society nomie. Il ne pourra plus vivre sans un soutien permanent. Un soutien qui, dans le cas d'une société de consommation, est engendré, voulu, savamment orchestré par les chasseurs, les prédateurs de consommateurs conditionnés, lentement formés à une assuétude à la passivité «acheteuse». Nous ne sommes pas loin d'une société où la norme consisterait à construire des humanoïdes à double usage. Destinés à servir la production aux plus bas salaires et, tout à la fois, à en consommer les fruits aux plus hauts prix. Une clientèle consommant ce qu'elle produit dans un cycle marchand parfait. Le rêve d'Huxley, d'Orwell et de... l'économie de marché. Une transcendance des ventes supplantant l'amoindrissement des esprits. Jacques Rifflet a fait des études de Droit et de Sciences politiques à l'Université libre de Bruxelles. D'abord avocat près la Cour d'Appel de Bruxelles, il devient ensuite journaliste-éditorialiste à la Radiotélévision belge où il couvre l'actualité et réalise de grands reportages internationaux. Frappé par l'importance des facteurs religieux dans l'analyse des faits politiques, il décide d'élargir ses connaissances par l'étude approfondie des religions. Il devient professeur dans l'enseignement de niveau universitaire: citons l'Institut supérieur de traducteurs et interprètes (ISTI), l'Université de Mons-Hainaut, l'Institut supérieur d'architecture de La Cambre, où il enseigne le Droit, la Politique internationale et l'Analyse des facteurs religieux. Actuellement professeur honoraire, il dirige le Centre d'Etude des Relations européennes, est chargé d'enseignement à l'ICHEC-Culture et à la Haute Ecole Francisco Ferrer à Bruxelles. Il guide des séminaires sur les sites de Louvain-la-Neuve, de Louvain-en-Woluwé et de l'Université libre de Bruxelles et participe à de nombreux colloques. Il a édité en juin 2000 un livre de plus de 900 pages, "Les mondes du sacré", édité aux Editions Mols et dont la sixième édition a vu le jour en mai 2009. Résultat de trente-cinq années d'enseignement et de recherches, ce livre étudie, en les comparant, toutes les grandes religions actuelles, mais y ajoute la voie ésotérique - dont fait partie la franc-maçonnerie -, la dimension de la laïcité et l'éclairage de l'actualité politique. Une synthèse exceptionnelle. Le livre d'une vie. Son expérience du politique et du religieux est telle qu'il est choisi, en 2004, pour présider la "Commission des Sages", groupant 30 spécialistes chargés de faire rapport sur le statut du temporel et du spirituel. En 2005, il devient membre de la "Commission gouvernementale du Dialogue interculturel". Ces deux instances ont remis leur rapport entre les mains du gouvernement en mai 2005. En 2007, à la demande de l'Union européenne, il présida un Groupe d'experts chargés de rédiger un rapport portant sur les principes conditionnant la bonne gouvernance des médias dans les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (A.C.P.). En septembre 2008, il fut chargé de présenter ce rapport au Forum Media et Développement organisé par l'Union européenne et l'Organisation des Etats africains à Ouagadougou, au Burkina Faso. EUROPEMAG n°26 I Juin/Juillet 2010 I www.europemag.eu

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 7

    Résultat de trente-cinq années d'enseignement et de recherches, ce livre étudie, en les comparant, toutes les grandes religions actuelles, mais y ajoute la voie ésotérique - dont fait partie la franc-maçonnerie -, la dimension de la laïcité et l'éclairage de l'actualité politique. Une synthèse exceptionnelle. Le livre d'une vie. Vous pouvez commander ce livre au prix special de 36 ? au lieu de 40 ?, en envoyant un email à lrusinek@europemag.eu

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 8

    8 Droit/Law Le divorce des européens par Maître Paolo CRISCENZO La compétence du juge belge Lorsque les époux, ou l'un d'entre eux seulement, résident en Belgique mais sont de nationalité étrangère, peuventils introduire une demande de divorce en Belgique? La question est réglée, en matière de divorce pour des étrangers ressortissants d'un État membre de l'Union Européenne (à l'exception du Danemark), par le Règlement européen 2201/2003 dit «Bruxelles IIbis». Suivant ce règlement, plusieurs cas sont à distinguer: a) Les tribunaux belges seront compétents si les époux ont leur «résidence habituelle» en Belgique. Précisons que cette résidence ne doit pas nécessairement être commune, ce qui inclut ainsi le cas d'époux séparés vivant tous deux en Belgique. b) Dans le cas où les époux n'habitent plus dans le même pays, la demande pourra être introduite en Belgique 1) si la dernière résidence commune des époux se trouvait en Belgique et que l'un d'eux réside encore sur le territoire belge, 2) si l'époux qui introduit la demande réside depuis au moins 1 an en Belgique avant l'introduction de la demande ou 3) si l'époux qui introduit l'action est belge et a sa résidence habituelle en Belgique depuis au moins six mois avant l'introduction de la demande. c) Enfin, si l'époux n'a plus sa résidence habituelle en Belgique, il pourra tout de même sa demande devant les tribunaux belges si l'autre époux a sa résidence habituelle sur le territoire belge. Mais que signifie le terme «résidence habituelle» ? La notion n'est pas précisée dans le règlement mais la Cour de Justice de l'Union Européenne l'a définie comme le lieu où l'intéressé a fixé, avec une volonté de stabilité, le centre permanent ou habituel de ses intérêts. Il s'agit d'une notion de fait, non liée à l'inscription aux registres de l'état civil, et pour laquelle il importera de tenir compte de tous les éléments de fait pertinents. Ainsi, les séjours passagers ou fortuits, comme par exemple une formation, un « Erasmus », un stage, une mission professionnelle ou encore des vacances même prolongées, ne peuvent être considérés comme résidence habituelle. Un critère important est la volonté de s'établir de manière stable, sans qu'une durée soit nécessairement requise. La demande en divorce pourra donc être dans de nombreux cas introduite en Belgique. Signalons toutefois que les règles présentées ci-dessus ne seront applicables que pour la dissolution du régime matrimonial en tant que tel. Les mesures liées notamment à l'exercice de l'autorité parentale ou aux pensions alimentaires entre époux ne seront pas toujours du ressort de la même juridiction que celle compétente pour connaître du divorce. EUROPEMAG n°26 I Juin/Juillet 2010 I www.europemag.eu

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 9

    en Belgique La loi applicable Si la demande peut être introduite en Belgique il faudra aussi déterminer les règles qui vont s'appliquer notamment par rapport aux conditions selon lesquelles le divorce pourra être accordé, conditions qui peuvent en effet être très différentes d'un État à l'autre. Les règles qui déterminent si la loi belge sera d'application sont contenues à l'article 55 du Code de droit international privé belge et conduiront le plus souvent à l'application du droit belge. En effet, la loi belge sera applicable à la demande de divorce si: a) Les deux époux ont leur résidence habituelle sur le territoire belge, sans que celle-ci doive nécessairement être commune. b) La dernière résidence commune se trouve en Belgique et un des époux y réside encore. c) Aucun de ces critères ne s'applique et si les époux n'ont pas la nationalité commune. Précisons en outre que si une loi étrangère est désignée et qu'elle ne reconnaît pas de possibilité de dissoudre le lien conjugal, la loi belge sera tout de même applicable. Enfin, la loi désignée déterminera entre autres les conditions du divorce mais pas nécessairement les effets liés au divorce (pension alimentaire, autorité parentale, etc...), ce qui peut entraîner une véritable mosaïque juridique. EUROPEMAG n°26 I Juin/Juillet 2010 I www.europemag.eu Droit/Law Les causes de divorce en droit belge La loi belge prévoit deux possibilités de demander le divorce : le divorce par consentement mutuel (article 230 code civil) et le divorce pour cause de désunion irrémédiable (article 229 du code civil). Le divorce par consentement mutuel suppose que les époux s'accordent préalablement et par écrit sur leur divorce et toutes ses conséquences dans ce qu'on appelle des « conventions préalables ». À défaut d'accord, les époux pourront introduire une demande de divorce pour cause de désunion irrémédiable. Selon l'article 229 § 1er code civil, «la désunion est irrémédiable lorsqu'elle rend raisonnablement impossible la poursuite de la vie commune et la reprise de celle-ci entre eux », disposition qui confère au juge une certaine marge d'appréciation. La désunion sera d'office considérée irrémédiable si les époux sont séparés de fait depuis plus d'un an ou depuis plus de six mois si la demande est formée conjointement par les deux époux. Elle pourra également être prouvée par l'un des époux en rapportant des agissements, fautifs ou non fautifs, qui rendraient impossible la vie commune. Il peut évidemment s'agir d'adultère ou de comportements violents sanctionnés pénalement, mais aussi d'une situation 9

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 10

    10 Droit/Law où les époux n'ont plus rien en commun et font chambre à part depuis plusieurs mois ce qui rend la vie conjugale insupportable (voyez Civ. Liège, 16 octobre 2007, J.L.M.B., 2008, p. 356). Les e?ets du divorce en droit belge Les conséquences de la dissolution du lien matrimonial peuvent être multiples. L'une d'entre elles est la naissance d'un droit à la pension alimentaire. L'article 301 du code civil prévoit ainsi la possibilité pour l'époux qui est dans le besoin de demande qu'une pension lui soit octroyée à charge de l'autre époux. Le titulaire du droit sera donc celui dont la situation économique est inférieure à celle de l'autre, et ce en tenant compte de toutes les ressources ou revenus des époux. Ce droit à pension peut toutefois être refusé si l'époux qui la réclame a commis une faute grave ayant provoqué la rupture. Le droit à pension sera également limité dans le temps à une durée ne pouvant dépasser celle du mariage. Une autre de ce conséquences peut être un aménagement de l'exercice de l'autorité parentale, notamment relativement à l'hébergement des enfants. Le juge peut ainsi prendre des mesures relativement à l'hébergement des enfants mais devra avoir égard à cet effet à l'intérêt de l'enfant, conformément à l'article 22bis de la Constitution, et au principe de l'hébergement égalitaire ou alterné, principe introduit en droit belge par la loi du 18 juillet 2006. Ce dernier principe ne constitue pas une règle absolue mais un modèle de référence à l'appui duquel le juge prendra une décision relative à l'hébergement. Les motifs dégagés par la jurisprudence à l'appui d'un écartement de l'hébergement égalitaire sont, par exemple, l'éloignement géographique des parents, le très jeune âge de l'enfant ou le manque d'investissement d'un des parents. Les causes et les e?ets divorce en droit comparé Les systèmes juridiques des États membres de l'Union Européenne peuvent afficher des différences considérables par rapport aux règles du droit belge. Le tableau suivant reprend les notions vues ci-dessus et les compare avec quelques autres systèmes juridiques européens. Rubrique tenue par Maître Paolo CRISCENZO Avocat au Barreau de Bruxelles Assistant en droit à l'Université Libre de Bruxelles (Membre du corps scientifique de l'Université) Pour toutes informations complémentaires ou autres, nous vous invitons à contacter le cabinet d'avocats CRISCENZO: * Tél: 02/534.00.23 * www.criscenzo-avocats.be * Avenue de Tervueren, 186/11 à 1150 Bruxelles EUROPEMAG n°26 I Juin/Juillet 2010 I www.europemag.eu

Page 1 of 5

Please wait