Topics
Add to bookmarks Add to subscriptions Share
extrait livre démaquillée dominique betrand
Books | Biographies 2010-03-03 14:50:47
Page 1 of 3
  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 1

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 2

    Dmaquille

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 3

    Conception de projet et direction ditoriale : Les Communications Jean Couture inc. Correction : Anne-Marie Thort et Sylvie Massariol Infographie : Marie-Jose Lalonde Catalogage avant publication de Bibliothque et Archives nationales du Qubec et Bibliothque et Archives Canada Bertrand, Dominique Dmaquille 02-10 Autobiographie. Comprend des rf. bibliogr. ISBN 978-2-7619-2627-0 1. Bertrand, Dominique. 2. Mannequins (Personnes) - Qubec (Province) - Biographies. 3. Animateurs de tlvision - Qubec (Province) - Biographies. I. Titre. HD6073.M772C3 2010 746.9'2092 C2010-940083-6 2010, Les ditions de l?Homme, division du Groupe Sogides inc., filiale du Groupe Livre Quebecor Media inc. (Montral, Qubec) Tous droits rservs Dpt lgal : 2010 Bibliothque et Archives nationales du Qubec ISBN 978-2-7619-2627-0 DISTRIBUTEUR EXCLUSIF : ? Pour le Canada et les tats-Unis : MESSA GERIES ADP* 2315, rue de la Province Longueuil, Qubec J4G 1G4 Tl. : 450 640-1237 Tlcopieur : 450 674-6237 Internet : www.messageries-adp.com * filiale du Groupe Sogides inc., filiale du Groupe Livre Quebecor Media inc. Gouvernement du Qubec ? Programme de crdit d?impt pour l?dition de livres ? Gestion SODEC ? www.sodec.gouv.qc.ca L?diteur bnficie du soutien de la Socit de dv eloppement des entreprises culturelles du Qubec pour son programme d?dition. Nous remercions le Conseil des Arts du Canada de l?aide accorde notre programme de publication. Nous reconnaissons l?aide financire du gouv ernement du Canada par l?entremise du Programme d?aide au dv eloppement de l?industrie de l?dition (PADI) pour nos activits d?dition.

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 4

    Dmaquille

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 5

    Rosemarie, ma fille adore. Je t?ai conue, tu m?as mise au monde ; Je t?ai allaite, tu m?as nourrie ; Je t?ai appris marcher, tu m?as fait avancer ; Je t?ai duque, tu m?as leve. Jacques, mon mari, mon chne et mon refuge. Parce que tu me connais par c?ur et que tu m?aimes quand mme.

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 6

    Par-del faux cils et talons aiguilles

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 7

    Un jour, je devais avoir vingt-sept ou vingt-huit ans, je rentrais d?un sjour New York o je travaillais comme mannequin. Nous tions le 22 dcembre et nous pouvions sentir toute la fbrilit du temps des ftes s?emparer des voyageurs. Je me rjouissais de passer mes vacances de Nol avec les miens et j?tais impatiente de sauter dans un taxi pour enfin regagner mon domicile aprs ces longs mois qui m?avaient mene tantt Paris, tantt Milan, Miami, Monaco ou Dieu sait o. Souponnant que je rentrais peut-tre au pays la va lise pleine de cadeaux, les douaniers dcidrent de faire passer mes bagages la f ouille. L?agent des douanes, une petite femme douce et joviale, me reconnut immdiatement et entreprit de me questionner sur la vie de mannequin. Sa fille, disait-elle, rvait de faire carrire comme modle. Il tait vident que cette gentille douanire percevait mon mtier comme la quintessence du glamour, le summum de la sophistication. Quelle chance, s?exclama-t-elle, admirative et rveuse, tous ces beaux vtements que vous portez ; tous ces looks d?enfer, ces soires mondaines. Mon Dieu, quelle vie ! Quand je vais dire ma fille que je vous ai rencontre ! Puis elle ouvrit finalement ma valise? Dcrire la dception qui se lisait sur son visage me serait impossible, tant elle tait criante. De ses mains gantes, incrdule, elle farfouillait dans mes effets personnels qui s?avraient on ne peut plus dsappointants : deux ou trois robes de nuit de flanellette, des jeans, des chaussettes en peluche,

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 8

    une robe de chambre en ratine et? une bouillotte ! Bref, l?essentiel de ce qui m?tait ncessaire pour affronter les longues soires d?hiver dans mon miteux appartement mal chauff de Soho, le quartier branch de la mtropole amricaine. Je pratiquais au fait un mtier qui ne ressemblait en rien ma ralit personnelle. Mes journes de travail termines, je regagnais l?intimit de mon minuscule chez-moi newyorkais. J?enlevais mes faux cils ? petites chenilles veloutes ?, je retirais de mes pieds mes escarpins, de mon chignon les pingles cheveux, et je me rappropriais ma vritable identit. Aux autres les parties, les soires en botes de nuit et les rceptions V.I.P. Quand on sourit la camra d?un inconnu toute la journe, la pe rspective de faire la cute en heures supplmentaires dans la v raie v ie n?est pas ce qu i vous enchante le plus. Je ne savais pas encore trs bien qui j?tais, mais je savais avec certitude que je n?tais pas a. Et je ne le suis toujours pas. Tout compte fait, ma vritable vie s?est passe l?ombre des projecteurs, l?cart des camras de tl, loin des studios de photos. Ceux qui n?ont connu de moi que l?image publique seront tonns d?apprendre que, sous le vernis de l?lgance et du chic, en marge des poses gracieuses et de la notorit, ma v ie m?a donn pas mal de fil retordre. La vrit, c?est que, arme de glaons, de sachets de th ou de Prparation H ? e h oui ! a marche ! ?, je me suis battue d?innom brables fois contre d?affreuses poches sous les yeux d?avoir trop pleur. Le vedettariat, malgr ce qu?on peut en penser, ne vous prmunit en rien contre les problmes. Je vous en passe un papier. 12 ? Dmaquille

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 9

    Tribulations porteuses de sens Quoi qu?il en soit, je crois fermement que l?on peut donner un sens toutes les difficults qui surgissent sur notre chemin. Il n?en tient qu? nous. Ce sens, bien entendu, ne nous parat pas toujours vident au moment o l?on doit traverser ces preuves. Mais, comme l?a dit James Dean avec beaucoup de sagesse : Puisqu?on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre orienter les voiles. Ce n?est qu?aprs coup, une fois que la tempte est passe et que les vents se sont calms, que nous pouvons toujours, sans exception, non seulement tirer un enseignement utile de nos priples, mais aussi constater que se sont rvles en soi des forces insouponnes. L?attitude que l?on choisit peut faire toute la d iffrence entre avoir souffert en vain ou non. Les propos que je tiens ici s?inscrivent justement dans le sens que je veux donner mon parcours particulirement sem d?embches. Ils n?ont d?autre prtention que d ?tre un partage sans faux-fuyants, ainsi qu?une invitation explorer les vritables valeurs qui inspirent notre vie. la suite d?entrevues tlvises au cours desquelles j?ai ouvertement et sans pudeur tmoign de mon cheminement personnel, des centaines de courriels et de lettres me sont parvenus des quatre coins du Qubec. Des hommes et des femmes de tous ges et de toutes conditions, qui traversaient eux aussi des preuves semblables, s?taient reconnus dans mes propos. Ils taient la recherche de valeurs auxquelles s?accrocher afin de trouver la force de continuer faire face l ?adversit. Certains trouvaient en mon rcit une forme d?encouragement de mme qu?un rconfort. D?autres, rassurs de pouvoir s?identifier mes expriences de vie, sortaient enfin du sentiment de honte et de solitude qui les accablaient depuis longtemps. Les Par-del faux cils et talons aiguilles ? 13

  • Add to bookmarks Add to subscriptions Share
    Page 10

    difficults ne sont pas un dshonneur. Voil mon message. Au final, ce qui compte n?est pas ce qui nous arrive, mais ce qu?on en fait. C?est ce moment que l?ide m?est venue de faire le bilan des valeurs porteuses de ma vie. Certaines de celles que mes parents m?ont transmises, mais aussi d?autres que ma propre exprience de vie a faonnes en moi. Les valeurs sont comme des em preintes digitales : propres chacun. Elles sont la signature d?une vie, les traces ou le sceau qui marquent une existence. Force m?est de reconnatre que mes valeurs m?ont sauve. Je ne crains pas de le dire. Mais ce sont MES valeurs. Bien que je sois prte les dfendre bec et ongles, je ne peux prtendre dtenir la vrit. Je crois sincrement qu?il appartient chacun de nous de trouver et de cultiver celles qui nous sont propres si nous voulons viter d?tre emports par les grands vents de la tempte. Car ce sont prcisment nos valeurs qui servent orienter les voiles. Je me suis donc mise l ?criture comme on parle u n ami. Afin que tous ceux et celles qui font prsentement face de rudes preuves ? ou qui estiment, en toute sagesse, qu?ils n?en sont pas l?abri ? sachent qu?il est possible non seulement de s?en sortir, mais, contre toute attente, de s?en trouver bonifis. trangement, les asprits de mon parcours ont accru ma sensibilit pourtant dj trs grande. Je suis plus que jamais touche par la souffrance humaine, quelle qu?elle soit. En me confiant comme je m?apprte le faire, je dsire faire un geste concret de partage, de solidarit et d?ouverture. Et, si possible, conforter ceux et celles qui se retrouveront dans les pages qui suivent : Voyez, vous n?tes pas seuls. J?ai moi aussi reu ma part de difficults et, aujourd?hui, le soleil brille de mille feux. Tout comme il pourra de nouveau le faire pour vous. 14 ? Dmaquille

Page 1 of 3

Please wait